Tambours chamaniques

Pourquoi des tambours de maîtres-artisans des Premiers Peuples ?


Pourquoi avons-nous fait le choix d'offrir exclusivement des tambours, hochets et autres objets rituels réalisés par des artistes et artisans des Premiers Peuples ?
  • Parce qu'ils sont les Gardiens et dépositaires de traditions millénaires.
  • Parce qu'aucune tradition ne dit qu'il est préférable de fabriquer soi-même ses objets rituels ; dans toutes les sociétés traditionnelles, il existe des "visionnaires" qui consacrent leur vie à "matérialiser" les demandes de leur homme-médecine, sage ou chaman ainsi que des quêteurs. Ces "visionnaires" sont la plupart du temps issus d'une longue lignée familiale.
  • Parce que dans plusieurs communautés, l'art et l'artisanat est tout ce qu'il leur reste pour subvenir à leur besoins financiers, ayant été assimilés de force à l'économie de marché de la société dominante.
  • Lorsque le temps est venu de retrouver son "SON", c'est que la Vie nous donne le choix. A nous, d'écouter notre libre arbitre, en toute conscience, connaissance de causes et effets.
  • Nous ne remettons pas en question la qualité du travail des artisans occidentaux, ni la démarche personnelle de chacun. Nous soutenons simplement celles et ceux qui nous ont conduits jusqu'ici, dans un respect réciproque et en signe de profonde reconnaissance.
Contrairement aux tambours provenant d'Europe et de Suisse, nos tambours sont fabriqués avec des peaux d’animaux encore chassés dans le respect des traditions et dans l’esprit de gratitude et d’interdépendance, ou alors ayant succombé aux longs hivers rigoureux ou encore chassés par leurs prédateurs. Rien n’est gaspillé dans l’animal, toutes les parties sont encore utilisées, comme nourriture dans les camps du territoire, les abats et os pour les chiens, pour certaines tribues, d'autres les remettent à la nature ou les suspendent dans les arbres;  la fourrure et la peau, les os pour de l’artisanat, etc.  Les bisons ayant été réintroduits dans des parcs nationaux et quelques élevages, leur population est aujourd’hui proche du million.

Le Tambour, c'est la médecine la plus simple et profonde... 

"C'est la médecine la plus simple et profonde de nos nations, le battement du coeur sacré de la Terre-Mère. La pulsation stable et simple du tambour élève la conscience et les sentiments bénéfiques. Le tambour installe la fondation, l'espace sacré pour les réunions et les rassemblements. Il renforce le champ d'énergie autour du corps physique en nous emplissant de la force de vie. Il aura aussi les mêmes effets bénéfiques sur la nature et la Terre-Mère."

"Le son de ces tambours change suivant le degré d'humidité de la peau. Plus le tambour est sec, plus son timbre sera élevé. La peau du tambour est tendue de façon à s'accommoder à presque tous les environnements." Wallace Black Elk

Comment choisir son Tambour ?


Le choix d’un tambour est une démarche très simple et intuitive mais peut parfois être très complexe pour certains.

Il est vivement conseillé, dans la mesure du possible, de pouvoir essayer différents tambours, de comparer, de les toucher, de les jouer, de « sentir », de ressentir le tambour qui sera le vôtre.
Les intentions d’acquérir un tambour sont aussi variées qu'il existe d'individus, ayant une personnalisté qui lui est propre. Certains recherchent un « SON », d’autres, la « RESONANCE ENERGETIQUE» qui en résultera au contact du tambour, d’autres encore le coup de cœur visuel ou émotionnel…

Il n’y a pas véritablement de « règle » technique pour répertorier les sonorités et profondeurs de tambours. Chaque tambour, fait main et dans les traditions, est unique et son SON, ses vibrations, ses ondes porteuses sont le fruit de l’alchimie de chacun de ses composants matériels/physiques comme subtils/énergétiques. La peau du tambour, l’animal, le tannage et l’épaisseur, l’essence de bois utilisé pour le cadre, son poids, l’espace de résonnance (diamètre/profondeur), la tension de la peau et son laçage, l’intention et l’énergie mises dans sa réalisation, puis enfin la résonance qu’il offrira au contact de votre être. Un tambour vit et respire à l'image de chaque être et de toute chose et réagit à son environnement.

Nous aimons à dire aux gens…. Un tambour devrait être choisi dans le noir. Vider sa tête des constructions mentales et laisser le « sentir » faire apparaître le tambour. Le cœur, le plexus solaire, ves émotions sont vos guides. Beaucoup sont surpris de repartir avec des tambours qu’ils n’imaginaient même pas, mais dont le « moi profond » est entré en résonance avec l'esprit du tambour, sous toutes ses formes.

Il nous arrive parfois d’envoyer des tambours en Suisse et en Europe, par choix de l’acquéreur, celui-ci s’en remettant à la vie, après avoir posé son intention à l’Univers… Chacun se sent libre de faire ce qu’il ressent, tout est « juste » dans l’intention divine…

En cas de températures extrêmes, suivre les directives suivantes: 

  • Climat sec : Humidifier un peu la peau du tambour avec de l'eau (coté intérieur). Vous pouvez aussi placer le tambour dans un sac en plastique fermé, avec une éponge humide à l'intérieur
  • Climat humide : Pour réduire l'humidité du tambour, vous pouvez chauffer la peau lentement à proximité d'une source de chaleur (soleil, feu, sèche-cheveux, radiateur, four). Pendant que la peau chauffe, frottez-la avec la main pour répartir la chaleur de façon plus uniforme et faites tourner le tambour.
  • Une information sur la peau est remise avec chaque tambour.

Le Tambour chez les Amérindiens

Hommage aux Maîtres-artisans des Premiers Peuples, Gardiens de la Terre-Mère, des Traditions ancestrales – du Savoir et de la Connaissance du Tambour sacré – Impulsion de vie, Cœur battant de notre Terre depuis les Origines les plus lointaines. A Vous, Gardiens du Son primordial, qui n’avez jamais rompu le Cercle sacré et gardé au-delà des générations ce lien indissociable avec Mère Nature et Père Ciel.
Donner, pour Recevoir - Sonner pour Honorer – Remercier pour Redonner – Bienvenue dans le Cercle sacré !

Le Tambour chez les Amérindiens :
"L’instrument le plus important chez les nations amérindiennes a toujours été et est encore aujourd’hui le tambour, tel que vous pouvez le voir dans les "pow-wow" ou événements autochtones. Les différentes nations d’Amérique du Nord ont toutes leur propre tradition ancestrale liée au tambour et leur savoir respectif de jouer, mais il ressort que sa fabrication est très semblable dans la plupart des tribus : un cadre en bois ou un tronc d’arbre sculpté et évidé, avec de la peau de daim ou de cerf finement tannée et tendue à travers l'ouverture avec des lanières de sinew (nerf/tendon).
Traditionnellement, les tambours amérindiens mesurent entre 60 et 90 cm de diamètre et sont joués en commun par des groupes d'hommes qui se tiennent autour de lui dans un cercle. Cependant, il y a également quelques tribus parmi lesquelles chaque batteur a son propre instrument (tambour à main). Ces tambours à main sont parfois appelés «tam-tams" par les Occidentaux, contrairement à la croyance populaire, tomtom n’est pas un mot amérindien, mais un ancien mot britannique pour désigner un petit tambour pour les enfants, un jouet.

La musique est un élément essentiel et des plus inspirants pour les nombreuses cultures traditionnelles, une musique qui vient du cœur qui procure émerveillement. Les Amérindiens avaient leurs propres instruments de musique pour s’exprimer. Leurs tambours donnaient une impulsion, créaient un rythme vivant à leurs rituels et célébrations. Les flûtes quant à elles aidaient les guerriers à exprimer leur amour.
Un légende raconte qu’un jour, le tambour a fait un énorme BOOM quand les esprits sont arrivés sur la Terre Mère. Le son s’est rapproché de plus en plus jusqu'à ce que finalement le Créateur demande son origine. L'esprit du tambour répondit, puis demanda au Créateur s’il pouvait prendre part à la vie des hommes sur Terre, s’il pouvait accompagner les gens quand ils chantaient avec leurs cœurs. L'esprit voulait aussi représenter les battements du cœur de la Terre-Mère. Le Créateur donna son accord à la requête de l'esprit. Dès lors, le son des tambours est devenu indissociable des célébrations amérindiennes."
Voilà ce que vous ressentez en faisant vôtre, un véritable tambour amérindien que vous avez acquis en toute conscience...
Source : NativeLanguages.org/drums- trad. HOZHO Visions

Retrouvez ce texte sur notre page Facebook: >>> ici

Comment le Tambour guérit le Corps, l'Esprit et l'Âme

Le Tambour est fondamentalement une forme d'expression humaine que nous pouvons qualifier d’identique à la parole, et qui a vraisemblablement existé, bien avant que les hommes n’aient la capacité d'utiliser ses lèvres, la langue et les organes vocaux comme instruments de communication.
Le premier son que nous n’ayons jamais entendu alors dans... le ventre de notre mère, était le battement de son cœur, et le rythme de son souffle. Peu importe notre race, le sexe, l'âge, la religion ou le mode de croyances, cette expérience commune existe pour tous les êtres humains.
Lorsque les novices sont initiés au tambour, ils disent souvent: «Oh, je n’ai pas de rythme," pour s’excuser de leur gêne et du manque d’imagination rythmique.
La vérité est que NOUS AVONS TOUS LE RYTHME EN NOUS !
Le rythme est notre héritage naturel. Il existe dans notre corps, notre cœur, notre souffle. Il existe dans la vibration des atomes, les cycles des saisons, le tic-tac des horloges, l'orbite de la terre. Chaque élément de la Création contient le rythme!
Le Tambour est une pratique qui se retrouve à travers le monde et sa présence est dans toutes les cultures. Il a été utilisé pendant des siècles dans les rituels, les cérémonies, pour communiquer, dans les rites de passage, dans la musique et la danse, les célébrations, la guérison, la création des communautés et les événements culturels.
La thérapie par le tambour est une approche ancestrale qui utilise le rythme pour favoriser la guérison et l’auto-expression. Des chamans de Mongolie aux guérisseurs Minianka de Afrique de l'Ouest, les techniques thérapeutiques rythmiques ont été utilisées depuis des milliers d'années à créer et maintenir l’harmonie, la santé physique, mentale et spirituelle.
Les recherches scientifiques étudient aujourd’hui les effets thérapeutiques des techniques rythmiques ancestrales. Les derniers résultats indiquent que le tambour accélère la guérison physique, stimule le système immunitaire et produit un sentiment de bien-être, une libération des traumatismes émotionnels, et la réintégration de soi.
D'autres études ont démontré que le tambour apportait le calme, la concentration et favorisait la guérison sur les patients atteints d'Alzheimer, les enfants autistes, les adolescents souffrant de troubles émotifs, toxicomanes, personnes en état de choc, ainsi que les personnes en milieu carcéral et les sans-abri. Ces résultats démontrent que le tambour est un traitement efficace contre le stress, la fatigue, l'anxiété, l'hypertension, l'asthme, les douleurs chroniques, l'arthrite, les maladies mentales, les migraines, le cancer, la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, les accidents cardio-vasculaires, la paralysie, les troubles émotionnels, et un large éventail d’handicaps physiques.
Source : Jade Small, theopenmind.com
http://www.the-open-mind.com/how-drumming-heals-the-body-mind-and-soul/
Retrouveu ce texte sur notre page Facebook >>> ici

Les Tambours de traditions indigènes et les Femmes Maîtres Tambour

Tambours Indigènes dans le Contexte des Instruments du Monde
par Elaine Keillor

Les instruments de musique des cultures des Premiers Peuples au Canada se sont développés à partir de matériaux naturels disponibles et sont de formes similaires à ceux qui se sont développés ailleurs dans le monde. Dans plusieurs cas, cependant, les Peuples indigènes du Canada ont créé des instruments uniques pour exprimer leurs besoins personnels et pour communiquer avec toute la Création. Cet essai examine brièvement les points communs au niveaux des symboles et de l’usage, aussi bien que les versions uniques de tambours des Premiers Peuples, d’autres instruments de percussions, et d’inventions d’instruments à vent et à cordes.
Tambours à cadre, à eau, autres percussions, instruments à vent, quand les Femmes étaient Maîtres-Tambour,  lire l'article >>> ici

Le chamanisme, le son et la thérapie traditionnelle…

Le chamanisme, le son et la thérapie traditionnelle…
« Imaginez le pouvoir que possède le son pour réaccorder les différentes dimensions de notre être, qu’il s’agisse de sons produits par un tambour,  une flûte,  par la voix, un bol chant, ou quelque autre instrument. Les chamans le savaient depuis des siècles et nous commençons tout juste à le redécouvrir aujourd’hui. »


« Les chamans, qui étaient considérés comme des médiateurs entre le monde naturel et les plans spirituels, furent parmi les premiers à utiliser des rituels thérapeutiques basés sur le son. La tradition chamanique remonte à plus de cinquante mille ans et fut pratiquée partout dans le monde. De la Sibérie à l’Afrique, en passant par l’Amérique du Sud. Les chamans de toutes ces cultures utilisaient principalement le battement constant et répétitif d’un tambour ou de hochets pour entrer dans des états de conscience peur permettant, ainsi qu’à leurs malades, de vivre un véritable voyage mental les conduisant à retrouver la santé. « … »
Michael Harner, l’un des plus grands experts mondiaux du chamanisme, fut initié à cette pratique par un ancien chaman de la tribu indienne Jivaro des Andes équatoriennes. Dans son livre intitulé « The Ways of the Shaman » (La Voie du Chamane, Mama éditions), il écrit : « Le battement régulier et monotone du tambour agit comme un vecteur d’ondes permettant au chaman d’entrer dans un état de conscience altérée et d’être ensuite soutenu tout au long de sa route ». En Sibérie, les chamans de la tribu Tuva parlent souvent des battements de tambour qui les amènent vers d’autres mondes, grâce à des états de transe. Pour illustrer cela, ils utilisent l’image d’un cheval ou d’un canot… »… »
Le battement du tambour qui transporte le chaman à travers « les terres de pénombre » n’est pas seulement ici une métaphore ; il génère des transformations sur le plan physiologique. Au début des années soixante, le chercheur Andrew Neher qui a étudié les effets du tambour chamanique sur le système nerveux, a notamment découvert que son rythme régulier modifie l’activité de « plusieurs fonctions motrices et sensorielles du cerveau ». Il formula même une théorie selon laquelle ce phénomène proviendrait du fait que les nombreuses fréquences dont se compose un seul battement de tambour peuvent avoir un effet stimulant sur certains circuits neurologiques du cerveau. Il faut dire que cet organe peut recevoir un grand nombre de stimuli de ce genre « car les récepteurs sensoriels de l’oreille sont moins fragiles aux sons de basse fréquence qu’à ceux de haute fréquence. Ils peuvent donc par conséquent supporter de plus grandes amplitudes de son avant que la douleur ne se fasse sentir ».
Les recherches menées par Wolfgang Jilek, sur la danses chamaniques pratiquées par la tribu Salish du nord-ouest de l‘Amérique, confirme du reste l’hypothèse de Neher. En effet, il a découvert que la gamme de fréquence la plus communément utilisée, celle « censée être la plus efficace pour produire des états de transe », correspond à celle des ondes thêta. Le passage d’un état de conscience ordinaire à un état de transe chamanique est également facilité par la puissance des « chants de pouvoir » pratiqués par le chaman. Or ces derniers sont le plus souvent constitués d’une simple mélodie au rythme répétitif pouvant produire sur le système nerveux un effet similaire à celui de la respiration profonde qu’utilise le yogi lorsqu’il ralentit le battement de son cœur et de son pouls et qu’il passe en état de transe.
Dans une structure communautaire où chaque membre de la tribu tient une place essentielle, la maladie constitue un sérieux danger pour la sécurité et le bien-être du groupe tout entier. Aussi, il était dans l’intérêt du chaman et du malade qu’il y ait guérison. Dans ce processus, l’un des éléments-clés était toutefois la confiance mutuelle. Le patient devait faire confiance aux compétences du chaman, et celui-ci devait compter sur la bonne volonté de son patient quant à son investissement au niveau du travail thérapeutique. Ainsi, lorsque le chaman entrait dans un état de conscience altérée, au rythme répété du tambour, le malade se libérait, de son côté, de toute sensation de douleur, de peur et d’anxiété, pénétrant dans un état de calme et de sérénité de plus en plus important. Les praticiens modernes, et particulièrement les oncologues et les cardiologues qui travaillent avec des personnes confrontées à la mort, peuvent beaucoup apprendre de cette tradition chamanique.
Malheureusement, les médecins occidentaux ne montrent généralement que peu d’intérêts pour ce modèle antique de « partenariat » en matière de guérison, pas plus qu’ils n’en manifestent pour l’utilisation du son, seule ou en association avec la méditation, cette thérapie intégrant le corps, l’âme et l’esprit. A l’inverse, les chamans ont compris que la musique, le chant et la danse sont inextricablement liés et que leur pratique requiert diverses aptitudes physiques et mentales. Je considère que les interactions et l’équilibre nécessaires pour jouer de la musique reflètent la coopération harmonieuse qui existe entre les systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire de tout corps en bonne santé. Rudolph Steiner, professeur et philosophe allemand, comparait de la même manière la maladie physique à un piano désaccordé. Imaginez alors le pouvoir que possède le son pour réaccorder les différentes dimensions de notre être, qu’il s’agisse de sons produits par un bol chant, par la voix, par une flûte, un tambour, ou quelque autre instrument. Les chamans le savaient depuis des siècles et nous commençons tout juste à le redécouvrir aujourd’hui. »
Source: Dr Mitchell L. Gaynor, M.D., La nature du son : le son et la guérison in "Sons de guérison, un médecin révèle le pouvoir thérapeutique du son, de la voix et de la musique"

Le Tambour guérisseur, par Denise Linn, Cherokee


«  Les tambours sont en quelque sorte les battements cardiaques de la Terre mère. Ils transportent l’Esprit de la vie. Selon un ancien dicton cherokee, « le soleil et la lune sont comme des baguettes de tambour qui jouent sur la surface de la terre ».
Des temps anciens à l’époque actuelle, les habitants de toutes les parties du globe ont incorporé le tambour dans diverses célébrations. En raison de sa capacité à modifier et à synchroniser la conscience d’un groupe, le tambour a été employé dans une grande variété de manifestations culturelles. Il a conduit les guerriers à la bataille et amené les initiés dans un état de transe profonde. Aujourd’hui, il est utilisé tant dans le cadre des cérémonies religieuses que dans celui des activités profanes.
- Dans la plupart des cultures, le son percutant produit par un tambour ou par deux bâtons frappés l’un contre l’autre est utilisé pour dégager l’énergie. Il y a deux raisons à cet état de fait. Premièrement, on a constaté que les sons rythmés mettaient le shaman dans un état de conscience altéré. Le son agit littéralement sur les ondes cérébrales, ce qui a été amplement prouvé par la recherche scientifique. Les battements du tambour induisent chez le guérisseur un état de conscience altéré qui lui permet d’entrer en contact avec son intuition, avec Dieu, avec les esprits et avec ses ancêtres. Dans cet état de conscience autre, il peut entendre les conseils qui lui parviennent pendant qu’il procède au dégagement de l’espace d’une pièce ou d’un lieu.
La deuxième raison pour laquelle les shamans utilisent des tambours pour dégager l’espace, c’est que la vibration produite par cet instrument est si puissante qu’elle provoque immédiatement une meilleure circulation de l’énergie. Les battements du tambour dissipent l’énergie non désirée et éloignent les « esprits importuns » en même temps qu’ils attirent les « bons esprits ». Les tambours peuvent à la fois bannir et invoquer ; ils peuvent nous emmener vers les étoiles et nous ramener à nos racines.
- Le tambour lui-même est féminin, alors que les baguettes sont masculines. Lorsque vous unissez ces deux éléments en un même rythme, vous contribuez à harmoniser les deux forces fondamentales de l’univers, le yin et le yang. A chacun  des battements de tambour, vous favorisez l’harmonie entre les énergies mâle et femelle, et ce, non seulement en vous-même mais aussi à l’intérieur de votre maison et dans tout l’univers. Voilà en quoi consiste l’effet guérisseur du tambour. Les tambours sont des cercles de pouvoir qui peuvent réaligner rapidement et puissamment l’énergie de votre maison.
«  Dans les cultures autochtones, les tambours sont considérés comme des objets « vivants » sacrés. On les croit doués d’âme et de conscience. « … » chacun possède sa propre personnalité et inspire un sentiment très différent. Certains donnent une impression de réserve et de concentration, d’autres d’ouverture et d’exubérance. « … » Lorsque je joue du tambour, j’ai parfois le sentiment que le temps s’arrête. J’ai l’impression de pouvoir retourner dans le passé et me propulser dans l’avenir. Les couleurs vibrent, la vie déborde des pores de ma peau et une énergie s’éveille à l’intérieur de moi, une énergie qui me fait penser aux anciennes promesses et aux bonheurs à venir. Que je tiens mon tambour entre les mains, je me sens chez moi. « « … »
- Les matériaux avec lesquels les tambours sont confectionnés et les méthodes de fabrication varient d’une partie du monde à l’autre. « … » Les tambours sont souvent confectionnés avec des peaux d’animaux fixées à un contour en bois. Ils sont parfois faits de troncs évidés qu’on place à l’horizontal ou qu’on suspend à des arbres, puis qu’on frappe avec un maillet. En Chine, dans les temples confucianistes, on trouvait des tambours d’une largeur de deux mètres. Dans le culte de Dionysos, en Grèce, les femmes utilisaient de petits tambours à cadre au cours de leurs cérémonies à la lune. Certains tambours avaient une face et d’autres deux, ce qui permettait de créer une double vibration. Les matériaux employés pour la fabrication des tambours variaient selon le matériau disponible.

Accueillir son tambour:
Avant de commencer à battre le tambour, tenez votre instrument près de vous et laissez votre conscience s’élever et se fondre avec lui. Avec la main, frottez doucement la peau du tambour d’un mouvement circulaire, comme pour lui souhaiter la bienvenue.
Plusieurs personnes baptisent leur tambour. Si vous l’avez fait, vous pouvez appeler le vôtre par son nom. Les Indiens Ojibwa s’adressent à leur tambour avec beaucoup de respect, en l’appelant « grand-père ». Par conséquent, si votre tambour n’a pas de nom, vous pouvez employer le titre de déférence « grand-mère » ou « grand-père ».
- Après avoir salué votre tambour, restez immobile et laissez l’énergie s’accumuler à l’intérieur de vous. Quand vous sentez que l’énergie atteint son paroxysme, laissez-la s’exprimer en poussant un grand cri. Ce cri spontané contribue à appeler l’Esprit. « … »
Ensuite commencez à frapper le tambour, en gardant très détendue la main qui tient la baguette. Gardez le poignet souple pour que le mouvement du bras qui se prolonge pendant une longue période peut s’avérer très épuisant.
- Les rythmes du tambour varient selon le contexte. L’une des façons les plus efficaces de commencer consiste à reproduire le rythme cardiaque, qui est composé de deux temps. Il s’agit probablement du son le plus élémentaire connu des humains, le premier son entendu par l’enfant lorsqu’il séjourne dans la matrice. Ce son contribue à aligner et à équilibrer les deux forces opposées et harmonieuses de l’univers, le yin et le yang, le féminin et le masculin.
Peu après avoir commencé à produire votre battement à deux temps, laissez votre respiration gagner en profondeur, et votre corps  se détendre. Vous arriverez à un point où une énergie provenant de l’intérieur de votre être prendra la relève. Alors, au lieu de décider quel rythme produire, laissez votre tambour vous le dicter.  « … »
- Faites confiance à votre intuition. Vous aurez peut-être même l’impression d’être vous-même le tambour et de sentir le rythme résonner en vous. Les meilleures séances de tambour surviennent lorsque vous vous effacez pour devenir vous-même le tambour, et que vous laissez un battement naturel résonner dans tout votre être. « … »
Moins vous vous préoccupez du bon rythme à reproduire, plus les ondes rythmiques de l’univers circulent à travers vous.
- Les battements du tambour peuvent désintégrer très vite une énergie épaisse. Ils sont particulièrement efficaces pour nettoyer les émotions. S’il y a eu de la colère, une dispute, ou de la tristesse , le tambour peut se révéler votre allié le plus puissant pour enlever cette énergie et la remplacer par une énergie pétillante de vie. "
© Denise LINN, Sacred Space, 1995. La traduction française de "Kindling the Native Spirit" 2015, "Le manuel  du chaman, rituels et pratiques au quotidien" 2016 propose aussi un chapitre sur "Le Tambour: le rythme du coeur".

Les Rythmes traditionnels : L'Histoire du Tambour - vidéo et légende

Traditional Beats : The Story of the Drum - Les Rythmes traditionnels : L’Histoire du Tambour

"N’avez-vous jamais été curieux de savoir pourquoi les Premières Nat...ions jouent toujours du Tambour? Dans cette petite histoire contant les Tambours des Premières Nations, nous découvrirons d'où ils viennent, ce qu'ils représentent et pourquoi ils sont toujours là." Documentaire réalisé par Cameron Courchene et produit par Crystal Green/NSI.
- Une légende Ojibwe raconte….la Vision de Tailfeather (Queue de Plumes), la Femme qui reçut du Grand Esprit, le message destiné à son peuple de fabriquer le Premier Tambour cérémonial.
Les Ojibwe ont une légende célèbre qui relate comment le tambour cérémonial de powwow apparut à leur peuple à travers une Sioux qu’on appelait la Femme à la queue de plumes. Cette histoire fut écrite en 1970 par William Bineshi Baker Senior dans une de ses lettres à Thomas Vennum, auteur de The Ojibwa Dance Drum, William Bineshi Senior était un fabricant de tambours Ojibway originaire de la Réserve du Lac Courte Oreille, au Nord du Wisconsin. Thomas Vennum affirme que William B. Baker commença à apprendre les traditions du tambour, assis sur les genoux de son père....
« Voici l’histoire de l’origine du Tambour de powwow cérémonial. C’était la première fois que des soldats blancs massacraient des Indiens lorsque cette femme Sioux donna quatre de ses fils pour qu’ils se battent pour son peuple.
Mais elle perdit ses quatre fils dans le massacre et s’enfuit lorsqu’elle apprit que son peuple avait perdu la guerre. Les soldats la pourchassèrent mais elle s’enfuit vers un lac (dont l’emplacement n’est jamais mentionné quand on ‘prêche’ l’histoire du Tambour). Elle se cacha sous les nénuphars. Pendant ce temps, le Grand Esprit vint s’adresser à elle et lui dit, ‘il n’y a pour vous qu’une chose à faire’. Il lui parla pendant quatre jours. Il ventait et le vent secouait les cosses des nénuphars pour lui permettre de respirer et de surveiller les alentours.
Non. Ce son est le seul qu’elle put émettre. Mais à partir de ce son, elle se souvint de tout ce que le Grand Esprit lui avait dit. Le quatrième jour, à midi, elle sortit de là et alla vers son peuple pour voir ce qui restait de la guerre. (La date de cet évènement est inconnue). Le Grand Esprit lui dit ce qu’il fallait faire: ‘ Dis à ton peuple, s’il en reste, (et il lui dit qu’il en restait), dis à ton peuple de confectionner un tambour et dis-leur ce que je t’ai dit’. ‘Le Grand Esprit lui enseigna aussi des chants qu’elles connaissait et elle enseigna aux hommes de son people comment les chanter. Ce sera la seule façon pour vous d’arrêter le massacre de nos hommes par les soldats.’
Alors, son peuple fit comme elle lui dit de faire et, quand les soldats qui massacraient les gens entendirent le son du tambour, ils déposèrent leurs armes, se tinrent debout et cessèrent de massacrer les gens. Et jusqu’à ce jour, les blancs veulent toujours aller assister à des powwow.
Ce tambour de powwow s’appelle le ‘Tambour Sioux’ ; en Ojibwa bwaanidewe’igan. Il vint sur la terre et précéda les accords de paix qui furent établis avec les blancs. Quand les blancs virent ce que les Indiens faisaient, et qu’ils se divertissaient en ce faisant, - les Indiens n’avaient pas le temps de se battre - l’homme blanc cessa de se battre. Après cela, les blancs établirent des ententes de paix avec les Indiens. Ainsi, les Indiens conservèrent la tradition du powwow. C’est parce que la Femme Sioux a perdu ses quatre fils pendant la guerre que le Grand Esprit lui est apparu et lui dit de confectionner le Tambour pour prouver que les Indiens aussi avaient un pouvoir, mais qu’ils gardaient secret."

William Bineshi Baker Senior, Ojibwe, cité dans "The Ojibwe Dance Drum", Vennum Thomas Jr, 1982.

Familiarisez-vous avec des instruments de musique
qui nous ont été légués par les traditions autochtones d'Amérique.
Source Terre en vues  et Native Drums


Nos tambours sont importés des Etats-Unis sous license et taxe d'autorisation d'import/export du US Fish and Wildlife Service. Arrivages mensuels.

Tambours chamaniques - Sioux Lakota - USA               

Tambours en peau naturelle crue de Wapiti  (Cervus canadensis) - Elk
Artisan Oglala Lakota Sioux "Cancega Nagi"

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute de cerf. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est recouverte de lanières de peau de cerf supplémentaire pour une meilleure prise en main. Le cadre est un cerceau en bois courbé de cèdre jaune nourrit à l'huile de lin. L'artisan consacre le tambour en lui faisant 4 offrandes de tabac déposées sur la peau intérieure des 4 Directions (voir photo2). La mailloche est fournie avec le tambour.

Diamètre : 38 cm - 15'' : 320.00 - qualité ++    
Diamètre : 45 cm - 18'' : 420.00 - qualité ++     
Cliquez sur la photo pour agrandir!
image-7323063-Tambour Lakota elk 2.JPG
image-7323064-Tambour Lakota elk.JPG


Tambours en peau naturelle crue de Bison américain (Bison bison)
Artisan Oglala Lakota Sioux "Cancega Nagi"

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute de bison. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est recouverte de lanières de peau de bison supplémentaire pour une meilleure prise en main. Le cadre est un cerceau en bois courbé de cèdre jaune nourrit à l'huile de lin. L'artisan consacre le tambour en lui faisant 4 offrandes de tabac déposées sur la peau intérieure des 4 Directions (voir photo2). La mailloche est fournie avec le tambour.

Diamètre : 38 cm - 15'' : 350.00 - qualité ++    
Diamètre : 45 cm - 18'' : 450.00 - qualité ++    
Cliquez sur la photo pour agrandir!
image-7323060-Tambour Lakota buffalo 2.JPG
image-7323061-Tambour Lakota buffalo.JPG

"Woman Water Warrior "
" Water is Life "
" Mother Earth is Sacred
"

Peau de wapiti - elk (Cervus canadensis)

Peinture acrylique noire réalisée par l'artisan.
Artisan Oglala Lakota Sioux "Cancega Nagi"

L'artisan consacre le tambour en lui faisant 4 offrandes de tabac déposées sur la peau intérieure des 4 Directions
Une mailloche est fournie avec le tambour.


Diamètre : 38 cm - 16'' : 390.00 Vendu!
un nouveau tambour en cours d'arrivage!





" Spirit Wolf in Sacred Wheel "

Peau de wapiti - elk (Cervus canadensis)

Peinture acrylique noire réalisée par l'artisan.
Artisan Oglala Lakota Sioux "Cancega Nagi"

L'artisan consacre le tambour en lui faisant 4 offrandes de tabac déposées sur la peau intérieure des 4 Directions
Une mailloche est fournie avec le tambour.


Diamètre : 38 cm - 16'' : 390.00 Vendu!
un tambour en cours d'arrivage!





Exemples de peintures déjà réalisées:
image-placeholder.png
image-8338859-Tambour_RF_Wolf_Spirit_4_colors.w640.jpg
image-8338856-Tambour_RF_Water_is_life.w640.jpg



Tambours chamaniques - Cherokee - USA           

Tambours en peau naturelle crue de Bison américain (Bison bison)
Artisan Cherokee Keetoowah, Tahlequah, Oklahoma

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute de bison. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est entourée de lanières de peau de cerf (Palomino deer) pour un confort optimal. Les lanières marquant les 4 Directions, dont celles plus longues de l'Est, direction où l'on naît et celle du Nord, où l'on retrouve le monde des Esprits. Le cadre est un cerceau en bois courbé de bois d'érable ou de cèdre, selon disponibilité. La mailloche est fournie avec le tambour.


Diamètre : 38 cm - 15'' : 350.00 - qualité ++  - Rupture!
Diamètre : 40 cm - 16'' : 380.00 - qualité ++  
Diamètre : 45 cm - 18'' : 450.00 - qualité ++   
Cliquez sur la photo pour agrandir!
image-7262226-Cherokee Drum Buffalo 2.JPG
image-7262227-Cherokee Drum Buffalo.JPG



Tambours en peau naturelle crue de Wapiti  (Cervus elaphus) - Elk
Artisan Cherokee Keetoowah, Tahlequah, Oklahoma

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute de cerf. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est entourée de lanières de peau de cerf (Palomino deer) pour un confort optimal. Les lanières marquant les 4 Directions, dont celles plus longues de l'Est, direction où l'on naît et celle du Nord, où l'on retrouve le monde des Esprits. Le cadre est un cerceau en bois courbé de bois d'érable ou de cèdre, selon disponibilité. La mailloche est fournie avec le tambour.

Diamètre : 38 cm - 15'' : 320.00 - qualité ++  - Rupture!
Diamètre : 40 cm - 16'' : 350.00 - qualité ++   
Diamètre : 45 cm - 18'' : 420.00 - qualité ++  - Rupture!   
Cliquez sur la photo pour agrandir!
image-7262228-Cherokee Drum Elk 2.JPG
image-7262229-Cherokee Drum Elk.JPG

Tambours petits formats pour les voyages et pour les enfants!
Artisan Cherokee Keetoowah, Tahlequah, Oklahoma
          *** Nouvel arrivage du 26 septembre !

Ø 25 cm - 10'' - peau de wapiti et Cerf : 125.00
Ø 30 cm - 12'' - peau de wapiti: 165.00
Ø 35 cm - 14'' - peau de bison: Ø
Ø 35 cm - 14'' - peau de wapiti et Cerf : 270.00

Cliquez sur la photo pour agrandir!
image-7498673-Cherokee_drum_10_elk_2.JPG
image-7498674-Cherokee_drum_10_elk.JPG



Tambours chamaniques Cheyenne - USA                        Arrivage limité, pièces rares!

Tambours en peau naturelle crue de boeuf américain
Artisan Cheyenne du Nord, Lame Deer, Montana

Ces tambours sont conçus pour une utilisation en hutte de sudation ainsi que les cérémonies sociales et traditionnelles. Leurs sonorités se veulent dans les tons graves et moyens.
La technique de laçage développée par l'artisan est unique en son genre. Des lanières de peau crue longent le cadre de bois de l'intérieur et de l'extérieur, puis sont rassemblées au centre du tambour par une pierre enveloppée de peau crue pour une prise en main confortable. Une mailloche est fournie avec le tambour.


Diamètre : 38 cm - 15'' : 430.00 - qualité ++  - Epuisé actuellement!
Cliquez sur la photo pour agrandir!
Tambour Mi'gmaq "Thunder Woman Drums" - Canada                    

Tambour en peau crue de cerf
Artisanne Mi'qmaq de la communauté de Listuguj, Québec, Canada

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute de cerf. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix formant la poignée. Le cadre est en bois de pin. Une mailloche est fournie avec le tambour. Avec housse de protection.

Diamètre : 40 cm - 16'' : 360.00 - VENDU!
image-8302055-Tambour_Migmaq_cerf.jpg
image-8302052-Tambour_Migmaq_cerf_2.jpg



Tambours chamaniques - 4 Directions - USA

Tambours en peau naturelle crue de cerf rouge (élaphe) (Cervus elaphus)
Modèle des Grandes Plaines, Sioux Tribe style. Coopérative regroupant des artisans de différentes nations des Plaines.

Le laçage du tambour est en lanières de peau brute. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est entourée dans du cuir pour un confort optimal. Le cadre est un cerceau en bois courbé d'érable. La mailloche est fournie avec le tambour.

Diamètre : 38 cm - 15'' : 290.00 - qualité ++     
Diamètre : 45 cm - 18'' : 390.00 - qualité ++     

image-7382258-Tambour_Lakota_style1.JPG
image-7382259-Tambour_Lakota_style2.JPG



Cadre en bois courbé (bentwood)

Lanières en peau de cerf

Mailloche (drum stick) incluse

 





Tambour octogonal Taos Pueblo

Tambours en peau crue de vache/boeuf (rawhide). Le laçage du tambour est en lanières de peau brute. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en forme de croix, laquelle est entourée dans du cuir pour un confort optimal. La forme octogonale définit plus spécifiquement les Directions sacrées de la Terre Mère et du Cercle de Vie.

Le cadre fait main en bois de pin du nord du Nouveau-Mexique
La mailloche est fournie avec le tambour.

Diamètre : 34 cm - 13'' : 220.00  
Diamètre : 38 cm - 15'' : 250.00



Octagonal Taos Pueblo Drum

Peau crue de vache (rawhide)

Cadre en bois de pin (pine wood)

Mailloche (drum stick) incluse




Tambour Taos Pueblo 2 faces

Peinture: Awanyu, le lézard
Chez les peuples du Sud-Ouest, le lézard est le gardien de l'eau, il représente aussi le faiseur d'orages, il est connecté aux éclairs et au tonnerre.

Tambour en peau crue épaisse de vache sur 2 faces, lanières + poignée et cadre en bois (peuplier, tremble ou pin du Nouveau-Mexique). Avec mailloche.
Diamètre : 41 cm + la poignée
Epaisseur : 9 cm
Prix : 450.00  - qualité ++





Tambour traditionnel Innu, Côte Nord, Québec/Canada

Tambour en peau crue de renne du Canada, Caribou (Rangifer tarandus) "Atikuat"
Fabrication traditonnelle en territoire, forme mi-ronde, mi-ovale.
Artisan Innu de la communauté de Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam

Peinture crane de bison sur roue de médecine 4 couleurs, verni. Le laçage du tambour est en lanières de peau crue de caribou. Les lanières sont rassemblées au centre du tambour et rejointes en poignée.
La mailloche est fournie avec le tambour. La poignée est recouverte de fourrure de loup marin, lièvre et peau de cerf.

Diamètre: 40 / 44 cm :  580.00 - pièce unique!!!

image-8296640-Tambour_Innu_craibou.w640.jpg
image-8296637-Tambour_Innu_caribou_2.w640.jpg

Grands Tambours Taos Pueblo 2 faces
Pueblo Log Drums


Ces tambours sont réalisés par un artisan de Taos Pueblo au Nouveau-Mexique/US, dans une partie de tronc de peuplier du Nouveau-Mexique/USA et recouverts de peau de cerf sur les 2 faces. Ils peuvent être joués à la main, soutenus par des sangles et portés en bandouillère ou joués posés sur le sol ou un support.
Le Tambour chez les Pueblo  >>> ici

Hauteur : 43.5 cm - Diamètre : 44 cm : 750.00
Hauteur : 27.5 cm - Diamètre : 28 cm : 550.00
Taos Pueblo Drum
Taos Pueblo Drum



Tambour sioux style 2 faces pour hutte à sudation

Tambour en peau crue épaisse de vache sur 2 faces, lanières + poignée et cadre en bois courbé (peuplier, tremble ou pin). Avec la mailloche.
Ce tambour est spécialement conçu pour les huttes de sudation. La tension de la peau et son épaisseur permettent son utilisation dans un environnement à haute humidité. 

Diamètre : 34 cm + la poignée
Prix : 350.00  - qualité ++ sur commande!

image-7382277-Tambour_sioux_2_faces.JPG
image-7382276-Tambour_sioux_2_faces_lateral.JPG



Tambours chamaniques "Eco"
                              
Fairtrade!


Tambour en peau fine de chèvre fabriqué en Indonésie.
Cadre en suar (Saman Samanea), bois local de l'Île de Java.

tambour

Son poids léger permet un port aisé sur la durée. Laçage de peau brute de chèvre, poignée en croix, recouverte de cuir. Sonorité aiguë.

Formats :
Ø 40 cm -  15.7'' : 125.00
Ø 50 cm -  19.7'' : 145.00

Mailloche incluse.








Tambour rituel Mien (Yao)
Choy ou Lor-Choy


Le Choy est utilisé dans les villages Mien lors des cérémonies spirituelles Chew-Ta-Hyua, consistant à éloigner les mauvais esprits hors du village ou d'une maison.

Le tambour est recouvert de peau de vache sur les 2 faces, le pourtour, de petites pièces de bois taillées et insérée les unes dans les autres, formant le cadre du tambour. Une lanière de peau brute permet le port de l’instrument.

Plus d'infos : >>> ici

Ø de la peau : 18 cm
Ø du tambour : 28 cm
Epaisseur du tambour : 12 cm
Poids : 1 kg environ
Prix : 180.00 - Tambour de cérémonie >>> ici


Tambours sibériens - Tüür  - Dünür
Authentiques tambours de Sibérie : >>>
Arrivages limités!


MAILLOCHES - MAILLETS - BATTOIRS - DRUMSTICKS

A l'achat d'un tambour, une mailloche est toujours incluse.
Des mailloches séparées sont également disponibles à l'unité:

Modèle 1: Beaver Drum Stick - Bois grugé de Castor
Modèle 2: Lemanic Drum Stick - Bois trempé du Lac Léman
Modèle 3: Forest Drum Stick - Diverses essences issues des Bois du Jorat, Lausanne

Aucune branche n'est coupées pour réaliser ces mailloches. Les bois sont récoltés en l'état et coupés à différentes longueurs. Modèles en boutique selon disponibilités du moment.
Longueurs et duretés de la tête variables
Prix: 35.00


image-7912593-Beaver_drum_stick.JPG
image-7912590-Beaver_drum_stick_(2).JPG

Mailloches/Drum sticks
Taos Pueblo, USA


Peau de daim, sinew, bois en partie écorcé.
Extrémité : souple à mi-dur

Longueur totale : 28 à 31 cm : 25.00
Longueur totale : 20-25 cm : 15.00





Pow Wow Drumsticks
Mailloche  "Customs Regalia"


Artiste : Tommy Bellison, Utah, Navajo
Bâton métallique recouvert de cuir et cousu main.
Longueur :
Prix : 85.00



SACS A TAMBOUR - DRUMBAGS

Plus d'informations : >>>ICI

image-7355591-6610274-Sac à Tambour HOZHO (5).JPG
image-6610276-Sac à Tambour HOZHO (7).JPG
image-7355589-6610271-Sac à Tambour HOZHO (2).JPG




HOCHETS - CRECELLES - RATTLES

Le son du Machikoue ou hochet renforce en nous la force vitale. Il est ce pouvoir qui délie les noeuds de souffrance sur nos différents niveaux d'être. Il secoue les toiles d'araignée de traumatismes passés et des illusions nuisibles en laissant la lumière nous remplir d'énergie. Le Machikoue est appelé le brasseur d'énergie vitale. Il ouvre et vivifie les sentiers d'énergies dans nos corps. Nos hochets  : >>> ici